Cinq banques sont poursuivies pour truquage de taux de change

Cinq institutions bancaires dont Citigroup, Barclays, RBS, JPMorgan Chase et UBS sont citées dans un recours collectif en Australie. Elles sont poursuivies en justice pour avoir prétendument manipulé les taux de change.

Un recours collectif australien contre cinq banques

Le cabinet d’avocats Maurice Blackburn accuse les cinq institutions financières d’actes illégaux qui se sont déroulés entre janvier 2008 et octobre 2013. Elles se seraient livrées à des cartels illégaux d’après le recours collectif de la Cour fédérale selon une annonce publiée le lundi 27 mai.

UBS Group AG et Barclays Plc sont également cités dans un procès intenté devant la Cour fédérale par Maurice Blackburn Lawyers. Il semble qu’il y ait eu un consensus entre les deux entreprises. Elles se sont entendues pour le truquage des taux de change. Par ailleurs, les bénéfices aux dépens des sociétés et des investisseurs australiens ont été augmentés selon les preuves fournies et un communiqué récent.

Des appels téléphoniques et des salons de discussion en ligne secrets sous les pseudo « Cartel », « Bandits’ Club », « Mafia », « Three Musketeers », « A-Team », et « Three Way Banana Split » ont été découverts – suite auxquels le truquage de taux de change présumé ait été avancé.

Maurice Blackburn a souligné que les institutions bancaires ont « artificiellement augmenté le coût d’achat de certaines devises et ont artificiellement diminué le prix reçu lors de la vente de certaines devises. »

Il s’agit notamment de dollars australiens, de livres sterling, de dollars canadiens, de yuans chinois, d’euros, de roupies indiennes, de yens japonais, de dollars américains et plus de 20 autres monnaies fiduciaires.

Des poursuites judiciaires contre ceux qui ont dépensé 500 000 et plus

D’après les rapports récents, il y aura d’éventuelles poursuites pour les sociétés qui ont dépensé un minimum de 500 000 $. Kimi Nishimura, l’avocat principal de Maurice Blackburn a précisé :

« Les entreprises et les investisseurs australiens – en particulier les importateurs, les exportateurs, les investisseurs institutionnels et les entreprises ayant des activités à l’étranger – ont été affectés par la distorsion du marché des changes par ces banques. »

« Un tel comportement cartel trompe les entreprises australiennes dans des circonstances où elles peuvent déjà avoir été vulnérables aux fluctuations monétaires. »

Des milliards de dollars en amendes ont été payés

La manipulation des taux de change ont été initialement évoqué en 2013, déclenchant des enquêtes réglementaires aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Suisse. En outre, plus de 12 banques ont dû payer 11,8 milliards de dollars d’amendes environ, avec des pénalités mondiales et 2,3 milliards de dollars en plus pour indemnisation des clients et investisseurs victimes.

Barclays, Citigroup et JPMorgan ont payé les plus lourdes amendes pour des valeurs respectives de 2,38 milliards de dollars, 1,27 milliards de dollars et 892 millions de dollars.

L’Union Européenne a pour sa part imposé une amende combinée de 1,07 milliard de d’euros pour la manipulation des taux de change au comptant de 11 devises.

Que pensez-vous de l’affaire de manipulation de taux de change accusant cinq banques ? Dites-nous dans les commentaires ci-dessous.

La crypto-monnaie est un produit d'investissement hautement volatil. En investissant, votre capital est assujetti à un risque.
Julien

Moi c'est Julien, 38 ans et gérant d’entreprise. Je vous livre ici tout ce qu'il y a à savoir sur la cryptomonnaie, toujours avec l'envie de décrypter les termes nouveaux. Aussi, j’ai investi dans des cryptomonnaies telles que le IOTA et le Litecoin au tout début de leur lancement. Même si je fais ça à côté de mon vrai job, je reste bien renseigné sur les altcoins.

Nous aimerions avoir votre avis

      Laissez nous un commentaire