Un régulateur suisse impose aux banques une pondération de 800 % sur le trading de crypto-monnaies

L’autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) suisse a fourni des indications strictes aux institutions bancaires voulant intégrer les crypto-monnaies dans leurs transactions quotidiennes. Elle a annoncé que les crypto-investissements devraient avoir un ratio de pondération supérieur ou égal à 800 %, ce qui représente 8 fois le capital initialement investi pour couvrir les pertes potentielles.

Le trading de crypto-monnaie comporte des risques élevés

Les monnaies numériques sont considérées comme des actifs à haut risque. Par ailleurs, l’autorité fédérale de surveillance des marchés financiers de la Suisse estime qu’une directive s’impose, et ce, en attendant les recommandations globales du comité de Bâle sur le contrôle bancaire.

La FINMA a envoyé une lettre confidentielle au cabinet d’audit EXPERT suisse qui met en lumière les pertes potentielles pouvant résulter d’une transaction en crypto-monnaies.

Afin de couvrir les risques de marché et de crédit, les banques et courtiers en valeurs mobilières sont tenus d’attribuer une pondération fixe de 800 %. Cette décision a été prise en raison de la forte volatilité caractérielle des monnaies virtuelles.

 » Les fonds en crypto-monnaies devraient se voir attribuer une pondération du risque de 800% pour couvrir les risques de marché et de crédit, que les positions soient dans le portefeuille bancaire ou le portefeuille de trading », peut-on lire dans la lettre.

Bien que la fluctuation des prix ait considérablement baissé ces derniers temps, le Bitcoin et les altcoins représentent un grand risque de volatilité.

Le BTC est aux alentours de 6 431 $, en baisse de 0,14 % sur une période de 24 heures au moment de la rédaction de ce rapport. Les banques doivent évaluer à huit fois ce montant, soit plus de 50 000 $ pour calculer la valeur de ses actifs pondérés en fonction des risques.

En outre, le capital des banques doit être nettement supérieur pour couvrir toutes les pertes liées au trading de monnaies numériques par rapport aux monnaies fiduciaires et autres classes d’actifs.

Les opérations liées aux crypto-monnaies sont également limitées à 4 % du capital total de la banque en collaboration avec les entreprises et investisseurs du secteur des monnaies virtuelles. En cas de dépassement, la banque doit avertir la FINMA.

Des jetons de type instruments financiers

Des directives spécifiques aux Initial Coin Offering (ICO) ont été publiées par la FINMA dès le mois de février.

Le régulateur fait écho à la position de la Commission US Securities and Exchange qui a publié un règlement sur les crypto-monnaies en juillet dernier.

Selon l’agence, les monnaies numériques peuvent être traitées comme des jetons de type titre financier. Par conséquent, leur trading doit respecter les obligations en matière de valeurs mobilières et de droit civil. Les « jetons de paiement » et les « jetons utilitaires » ne devraient pas appartenir à la catégorie des titres, a conclu la FINMA.

Que pensez-vous de ce ratio de pondération ? Est-il trop élevé ? Donnez-nous votre avis dans la section des commentaires ci-dessous

La crypto-monnaie est un produit d'investissement hautement volatil. En investissant, votre capital est assujetti à un risque.
Aurore

Je suis étudiante en Marketing et je m’appelle Aurore. Sur acheterbitcoin.pro, vous aurez les bons tuyaux et des détails sur les crypto-monnaies. En tant que webmarketeuse, je filtre tout pour ne laisser passer que les meilleurs choix afin de vous aiguiller dans vos futurs investissements.

Nous aimerions avoir votre avis

      Laissez nous un commentaire