L’Union Bank of Nigeria menace de fermer les comptes des utilisateurs de crypto-monnaies

Une grande banque commerciale du Nigeria aurait émis des mises en garde contre les crypto-transactions. Le 26 novembre, la Central Bank of Nigeria (CBN) a envoyé une lettre et publié un communiqué en ligne pour s’adresser à tous ses utilisateurs mais aussi à la population nigérienne en général.

Union Bank : des mises en garde contre l’investissement dans les monnaies numériques

La lettre aurait été partagée sur Nairaland, la plus importante communauté nigériane avec 55 millions internautes par Union Bank of Nigeria. C’est une institution bancaire de 100 ans qui dispose de 3,84 milliards de dollars.

Les crypto-monnaies n’ont pas de cours légal au Nigeria et les transactions sont exposées à des risques élevés, a souligné la CBN à travers son message. Néanmoins, elle n’interdit pas totalement les monnaies numériques.

« Afin de garantir la sécurité des fonds de nos clients, Union Bank surveillera les comptes utilisés pour les crypto-transactions et pourra imposer des restrictions, y compris la fermeture de ces comptes. »

La banque centrale a déjà commencé à mettre en garde les institutions bancaires en janvier 2017. Il faudrait attendre « une réglementation de fonds et / ou une décision de la CBN » avant d’utiliser, détenir ou échanger les monnaies virtuelles, a-t-elle précisée.

La Central Bank of Nigeria a réitéré son avertissement en février dernier en mettant l’accent sur les risques associés à l’investissement dans le secteur innovant.

Aussi, la surveillance accrue de la banque des comptes de ses utilisateurs a ébranlé le crypto-marché d’Afrique de l’Ouest, la plus importante communauté des monnaies virtuelles du continent. Certains utilisateurs craignent que leurs comptes soient gelés, ils ont retiré leurs fonds des crypto-bourses.

Il semble que l’Union Bank of Nigeria ait entamé des mesures plus drastiques en envoyant des notifications de fermeture de comptes. Munachi Ogueke, le cofondateur de Cryset LLC, une plateforme de trading de Bitcoin de Lagos, a récemment fait une déclaration sur cette pratique inquiétante.

Un lien avec la norme anti-blanchiment d’argent ?

De nombreuses agences financières du Nigeria ont également participé aux mouvements. Elles ont averti la population sur les risques inhérents aux crypto-monnaies pour décourager leur entrée dans l’industrie émergente.

La position des banques par rapport au secteur de la Blockchain et des monnaies virtuelles est assez mystérieuse car aucune institution n’a mentionné l’illégalité des transactions numériques.

Munachi Ogueke a laissé comprendre que la fermeture des comptes au sein des banques commerciales serait liée à la conformité aux règles de lutte contre le blanchiment. En effet, pour expliquer ce lien, il a cité le document publié par la banque centrale nigériane en janvier 2017 :

« Les banques et autres institutions financières qui ont des utilisateurs membres de la communauté des crypto-monnaies ont l’autorité et peuvent mettre fin à la relation avec ces clients lorsque les banques ne sont pas satisfaites des contrôles de AML/CFT qui leur permettent de se conformer aux exigences d’identification, de vérification et de surveillance des transactions. »

Que pensez-vous de cette menace ? Réagissez dans la section des commentaires ci-dessous

La crypto-monnaie est un produit d'investissement hautement volatil. En investissant, votre capital est assujetti à un risque.
Antoine

Je suis jeune, je n'ai que 26 ans, mais mon projet c’est de faire découvrir la blockchain aux entreprises françaises. Pour faire un peu plus long, le monde de la crypto-monnaie à lui seul est très vaste. et je m’y spécialise. Je suis également rédacteur et c'est donc avec énormément d'entrain que je vous expose à chaque fois le résultat de mes recherches.

Nous aimerions avoir votre avis

      Laissez nous un commentaire